Eros Center : Seraing avance, Liège se cherche - 06 novembre 2013

En avril dernier, Christine Defraigne et Elisabeth Fraipont appelaient la majorité PS/CDH de Liège à sortir du bois ! Elles réagissaient aux dernières avancées concernant l’Eros Center… non pas de Liège, mais de Seraing.

Si le PS liégeois semble toujours attendre son partenaire, le CDH, par la voix de son ancien Echevin Benoît Dreze, a fermé la porte à un Eros Center liégeois le 5 septembre dernier.
 

« En avril, le Collège nous annonçait pourtant que le dossier de l’Eros Center reviendrait sur la table du Conseil communal de juin ou de septembre, nous n’avons rien vu venir » regrettent les conseillères. « Aujourd’hui Seraing avance, les premières esquisses du projet sont présentées, le bureau d’architectes est sélectionné, la question de la gestion du centre est réglée » ajoutent-elles. Or, se posera la question d’un reflux prostitutionnel sur Liège qu’il faudra prendre en considération étant donné que le projet sérésien concerne 100 prostituées et qu’un chiffre de 284 prostituées avait été recensé sur la Commune de Seraing !
 

Christine Defraigne et Elisabeth Fraipont interpellent pourtant régulièrement le Collège à ce sujet mais rien n’avance et le débat semble totalement sclérosé.

Le PS et le CDH liégeois abandonneront-ils le projet liégeois qui sera déclaré trop proche du projet sérésien (ce qui arrangerait sans doute la majorité) ou un Eros Center verra-t-il le jour à Liège ?

Les Conseillères libérales veulent oser le débat au niveau communal mais en ne le limitant pas à la seule édification ou non d’un « Eros Center » ; toute autre forme de prostitution existant sur le territoire de la Ville doit être appréhendée.
 

Enfin, Christine Defraigne rappelle qu’elle est coauteur d’une proposition de loi déposée au Sénat en février dernier. Les initiatives prises par le MR au Sénat visent à renforcer l’arsenal législatif et opérationnel afin de combattre la traite des êtres humains en matière d’exploitation sexuelle et de proxénétisme. Ce type d’asservissement, assimilable à de l’esclavagisme, est intolérable. C’est pourquoi, les libéraux proposent la création d’un Conseil National pour la lutte contre l’exploitation sexuelle qui favoriserait le développement d’une approche intégrée et intégrale du phénomène.

Les Sénateurs souhaitent également pallier à l’absence de données nationales sur l’ampleur du phénomène et proposent que le Conseil rende un rapport annuel sur la prostitution et les problèmes y afférents. Deux autres objectifs essentiels sont la lutte contre la marginalisation sociale des personnes prostituées et l’encadrement de l’exercice des prestations sexuelles.

Cette réglementation fédérale mettrait un terme à la politique de tolérance de l’exploitation menée par la Belgique jusqu’à présent et mettrait notre législation en conformité avec la Convention de New-York.
 

Christine Defraigne et Elisabeth Fraipont

Le site du MR

MR : Mouvement réformateur

Suivez-moi !

Facebook Christine Defraigne Twitter Christine Defraigne

Inscription à la newsletter

Newsletter :