Le MR demande une commission de Police relative au dossier du policier « ripou » de Liège - 30 mars 2017

Nous avons appris qu’un homme des forces de l’ordre liégeoises avait été arrêté pour corruption et blanchiment d’argent. Un ripou quoi ! Les révélations de la presse laissent bouche bée les conseillers communaux MR qui n’ont jamais entendu parler des faits révélés, alors qu’il semble que la Police coopère à l’instruction depuis plusieurs années.

 

En outre, nous apprenons ce jour que cette affaire ne serait pas le fait d’un policier isolé. Nous nous inquiétons de savoir si un système élargi de corruption ne se serait pas établi au sein de la police de Liège puisque nous apprenons que des motards auraient reçu 5 euros pour contrôler plus de véhicules. Nous voulons y voir clair. Y-a-t-il une corruption systémique ? La gangrène s’est-elle installée au sein de la police liégeoise ?

 

Le groupe MR s’inquiète et déplore cette mauvaise nouvelle pour l’image de la Ville et l’ensemble des citoyens. Comment cette situation a-t-elle pu perdurer pendant deux longues années au nez et à la barbe des autorités ?

Les Liégeois ont-ils été lésés par ce policier au comportement abusif, qui ne mériterait pas d’incarner les forces de l’ordre ? Comment, ceux dont on a littéralement volé les voitures, vont-ils être indemnisés ? A combien se monte le préjudice total ?

 

Et qu’en est-il du budget de la Ville ? Les faits révélés ont-ils eu un impact sur le budget liégeois ? On constate par exemple que les droits constatés en 2015 pour la taxe sur l’enlèvement des véhicules étaient inférieurs de 400.000€ aux prévisions budgétaires : - 27%.  Même constat déjà en 2014 : - 29 % par rapport aux prévisions budgétaires.

 

Il est à présent nécessaire de comprendre comment s’exercent les mécanismes de contrôle sur la firme qui bénéficie de ce type de contrat exclusif. En effet, le groupe MR souhaite des éclaircissements sur le contrat d’enlèvement des véhicules conclu avec la société Nucera. Les cartes du marché ne doivent-elles pas être rebattues dans des conditions saines de transparence et de concurrence ?

 

La Police de Liège et le Collège doivent réagir à cette affaire. Les procédures de contrôle doivent, à présent, être renforcées pour éviter que cette situation ne se répète. Des mesures doivent immédiatement être prises pour que les Liégeois(es) puissent continuer à avoir confiance en leur police locale.

 

 

Tout en respectant le secret de l’instruction et la présomption d’innocence, le MR estime qu’une commission de Police à huis clos doit être convoquée pour faire toute la lumière sur l’aspect administratif de ce dossier.

 

Christine Defraigne, Cheffe de groupe et le groupe MR au conseil communal

Sébastien Bovy, Fabrice Drèze, Gilles Foret, Elisabeth Fraipont, Pierre Gilissen, Louis Maraite, Raphaël Miklatzki, Audrey Neuprez, Diana Nikolic, Michel Peters 

Le site du MR

MR : Mouvement réformateur

Suivez-moi !

Facebook Christine Defraigne Twitter Christine Defraigne

Inscription à la newsletter

Newsletter :