Mon discours aux vœux 2014 du MR à Liège - 13 janvier 2014

Chers Amis, Chers Militants,

J’ouvre le bal ce soir. Au théâtre on dit « ouvrir le torchon ».


J’ai ce privilège de vous souhaiter une merveilleuse année 2014.


La santé, les petits bonheurs du quotidien, les grandes joies de l’existence. Profitez au maximum de tous les instants que la vie vous offre.



Je ne savais pas à quel point j’aimais les traditions. Comme dit André Comte-Sponville, la tradition, c’est le choix des expériences les meilleures. Et la tradition de nos vœux, ce sont nos retrouvailles, une vraie soirée entre copains, une soirée SANS CHICHIS.


Ce soir, c’est donc notre réunion de et en famille.


Je voudrais redire, Chers Militants, à quel point je suis heureuse d’appartenir à cette famille : libérale et réformatrice.


Chers Amis, soyons fiers de ce que nous sommes. Continuons avec force et humanité de revendiquer notre différence libérale.


Cette année sera celle du changement, de l’espérance partagée.



La Wallonie va recevoir de nouvelles compétences. Sans être exhaustif, d’importantes compétences économiques, mais aussi du marché du travail, des allocations familiales et même le bien-être animal.


La Wallonie a 10 ans pour se redresser.


C’est long, mais très court.


Elle doit prendre son destin en mains. Ce qui peut paraître une contrainte doit se muer en une opportunité. Il nous faut saisir notre chance.


C’est en effet au prix du redressement wallon que nous stabiliserons ce pays, que nous bâtirons l’avenir de nos enfants et offrirons la sérénité à nos aînés.


Pour cela, il est temps de faire comprendre que cette gauche plurielle, cette gauche tentaculaire, ne dispose d’aucun titre de propriété sur notre pays, sur notre Région. Non, la gauche n’est pas incorporée par destination, attachée à perpétuelle demeure à l’exercice du pouvoir en Wallonie.


Il y a en effet une alternative, une autre vision de la société, une autre approche de la vie, tout simplement, qui est la voie libérale.



Chers amis, je ne sais pas s’il faut rappeler les carences du Gouvernement Wallon. Il le fait bien pour nous, tout seul comme un grand.


L’olivier est aux soins intensifs, palliatifs, il est sous perfusion, respirateur artificiel.


De mensonges en faux-fuyants, masques et bergamasques tombent.


Cet olivier, particulièrement le CDH, nous laisse l’indécence d’une dette colossale. C’est une véritable bombe à retardement.


La dette ce n’est pas de la théorie, de l’abstraction : c’est le risque d’obérer le quotidien des citoyens qui vont se retrouver poches vides.


J’ai conservé toute ma faculté d’indignation mais aussi d’étonnement et je suis sidérée de ce totalitarisme de la pensée unique où celui qui se permet de critiquer est taxé de mauvais citoyen, de mauvais wallon, presque de traite à la patrie. Pour peu, et le pas a été quasi franchi par le Ministre-Président, on nous taxerait d’infréquentable.


Je m’insurge contre la confiscation du débat. Que je sache nous vivons encore dans une démocratie parlementaire. Le rôle du politique est de dire la Vérité .


Le peuple wallon a besoin de Vérité comme de pain.


Non, on ne nous a pas dit la vérité sur cette dette. On nous en a menti.


A-t-on dit la vérité aux travailleurs et aux familles d’Arcelor Mittal ? Ne les a-t-on pas baladés avec des espoirs chimériques ? Maintenant, c’est circulez il n’y a rien à voir. On a mis sous cocon le débat.


A-t-on dit la vérité sur le nombre d’emplois perdus dans le photovoltaïque ? Sur le coût pour les ménages Wallons ? Nous dit-on la vérité sur les chiffres exacts du chômage ? 10.000 demandes en plus


Cher Amis, le diagnostic est parfois lourd à poser. Mais c’est une étape indispensable pour administrer le bon traitement.


Le bon traitement, c’est la Wallonie de la bonne gouvernance, de la responsabilité, de la rigueur dans la gestion.


Oui je crois en une Wallonie prospère.



Notre Région a été le berceau de la révolution industrielle. Elle doit renouer avec son tissu industriel, mais version 21ème siècle, Recherche et Développement, points de croissance, exportations vers l’étranger.


Notre région regorge de pépites, de talents.


Il faut lui donner du souffle . Les énergies doivent s’unir, se fédérer, se canaliser. C’est encore la culture d’entreprendre qui nous manque le plus. « Travaillez, prenez de la peine, c’est le fond qui manque le moins ».


L’entreprise doit forcer la porte de la communauté éducative. Et je pourrais comme la patronne du FOREM dire que chaque euro dépensé dans l’enseignement éviterait d’en dépenser deux dans le FOREM.


Demain, c’est l’audace liée à la rigueur, c’est la créativité, jumelle de la faculté d’adaptation, qui nous sauveront.


On ne peut dépenser la richesse que l’on ne crée pas ; vivre à crédit ne met pas à l’abri des spéculateurs.


La prospérité est le fruit du travail, de la solidarité, de la cohésion sociale.


Mon Parti m’a confié la tâche, difficile, mais enthousiasmante de mener la liste régionale dans l’Arrondissement de LIEGE. Je ne dévoile pas ici un scoop.


Ce soir, ce n’est pas moi qui vous parle, mais bien toutes celles et tous ceux, qui vont nous aider à convaincre les électeurs. Il n’y aura pas un candidat ou une candidate qui prévaudra sur un autre, mais un groupe soudé et uni. Nous voulons gagner ces élections, pour vous bien sûr, mais aussi, modestement, pour le bien de tous.


J’ai lu quelque part que notre campagne serait soft. Oh oui, pas d’attaque ad hominem, en-dessous de la ceinture, mais notre campagne sera surtout punchante, proactive, réactive, combative, bref à l’offensive.


LIEGE a besoin de reconversion, mais surtout LIEGE a besoin de renaître, il ne s’agit plus de survivre, mais de revivre intensément, pleinement.


+
+ +


Charles, je sais que l’année qui t’attend, qui nous attend, sera importante. Je voulais simplement te dire que j’ai la conviction, la foi chevillée au corps, celle du charbonnier que nous allons l’emporter.


Je suis convaincue que cette année sera une très bonne année pour notre Mouvement Réformateur.


Bonne année à tous et à toutes.

Le site du MR

MR : Mouvement réformateur

Suivez-moi !

Facebook Christine Defraigne Twitter Christine Defraigne

Inscription à la newsletter

Newsletter :