Non au PP! - 10 février 2010

Je participais dimanche à un débat sur la RTBF avec Mischaël Modrikamen, le Président du Parti Populaire.

«Pourquoi ne pourriez-vous pas adhérer à ce parti?», telle était la question.

Ce qui me gêne, c’est la tonalité générale du manifeste de ce parti: une «râlerie», un dépit, une rancœur contre les politiques qui ne s’occupent que d’eux-mêmes, contre les fonctionnaires qui sont tellement politisés qu'ils en deviennent incompétents, contre les étrangers qui doivent rentrer chez eux, même s'ils sont aussi Belges. Cette désaffection cultivée est le pied dans la porte du populisme, puisque la réponse du PP, c'est le recours à des "politiciens visionnaires"(sic) et c'est ça le danger: rechercher auprès d’un sauveur la réponse. On passe de la démocratie à la démiurgie. Là gît le populisme.

Je vois aussi dans ce manifeste des solutions simplistes et dangereuses: notre sécurité sociale est détricotée. Non seulement, les allocations de chômage sont drastiquement limitées dans le temps, mais l’allocation d'attente passe à la trappe. Au diable, l’accompagnement des chômeurs, leur formation, les soins de santé: si vous avez un cancer, vous devrez recourir aux médecines douces et alternatives!

Je pourrais m’étendre sur les mesures ineptes en matière de justice, mais je consacrerais trop d’énergie à ce non programme. Je me bornerai à épingler que nos fonctionnaires seront heureux de savoir que leur statut sera unifié avec celui des employés! Et des ouvriers! Dès lors, ils pourront, c'est d'une logique implacable, être licenciés comme les autres. Quel progrès!

Le PP aime les slogans, les formules incantatoires: "tolérance zéro", très trendy, "big bang "de la justice .Nous serons tous d' accord pour dire qu’aucun acte répréhensible ne doit demeurer impuni, que les peines doivent être exécutées. Nous n’avons pas attendu le PP pour proposer des peines alternatives, pour faire du bracelet électronique une peine autonome. Nul mot cependant sur la prévention, l’éducation dans le manifeste du PP.

En fait, il y a tout ce que je n’ai pas lu dans le programme du PP, les libertés individuelles qui sont le socle de notre destin commun. Il n’y a pas de droit de penser, de s’exprimer, d’aller et venir, de se cultiver, bref de vivre dignement, s’il n y a pas de droit à l’éducation, à un logement décent, si l’on vit sous le seuil de la pauvreté, si l’on a faim. Je n'ai pas vu de solidarité entre les peuples.

J'ai vu une antienne ressassée, très égoïste .Peut-être pas tout à fait de l'extrême droite, mais de la droite extrême.

Le site du MR

MR : Mouvement réformateur

Suivez-moi !

Facebook Christine Defraigne Twitter Christine Defraigne

Inscription à la newsletter

Newsletter :