Bas les masques ! Les Liégeois ont besoin de réponses ! - 21 septembre 2012

Alors que la semaine « strass, paillettes et feux d’artifice » à Liège touche à sa fin, Christine Defraigne, députée wallonne s’en voudrait de rappeler à nos autorités communales qu’un cataclysme social s’est abattu cette semaine.
 

Elle déplore la grande discrétion du Collège Communal liégeois qu’elle n’a pas entendu prendre position pour soutenir concrètement les 2.000 travailleurs et les 10.000 familles touchés par la décision d’ArcelorMittal.
 

Elle insiste également, comme elle le fait depuis l’annonce de la fermeture du chaud le 12 octobre 2011, pour que le Premier Ministre prenne ses responsabilités comme ses prédécesseurs l’avaient fait pour le secteur automobile en Flandre.
 

Si on peut se réjouir - mais pour combien de temps ? - que le dialogue social ait repris, elle rappelle que les questions, toujours les mêmes, posées depuis l’annonce de la fermeture du chaud, restent sans réponse.

  • Mittal est-il vendeur ? On n’en a pas l’impression.
  • Si oui, à quelles conditions ?
  • S’il n’est pas vendeur, comment le contraindra-t-on de dépolluer ?
  • Une solution de portage est-elle possible ?
  • L’Europe l’acceptera-t-elle ?
  • Comment la Région wallonne, dont les finances sont gravement obérées, pourrait-elle tenir le choc ?
  • Y a-t-il un autre partenaire privé potentiel ?

Chaque fois, le Gouvernement wallon s’est retranché derrière la procédure de la loi Renault. Celle-ci a battu tous les records de longueur (345 jours).
 

Les Liégeois ont besoin de balises, de réponses claires, comme de pain. Le Gouvernement wallon ne pourra jouer la montre en attendant le 15 octobre.
 

Christine Defraigne attend des réponses, maintenant, pas le 15 octobre.

Consultez le communiqué

Le site du MR

MR : Mouvement réformateur

Suivez-moi !

Facebook Christine Defraigne Twitter Christine Defraigne

Inscription à la newsletter

Newsletter :